été 2011 051

Voilà avec le mois de juin et ses journées trépidantes pour tous ceux qui participent à la vie associative, peu à peu le calme et le vide s'installent. On connaît cela toutes les années. Cette période tant attendue des vacances, du soleil, de la chaleur...vient rompre pour quelques semaines, la "machine de nos activités". En ralentissant, l'instant présent se fait plus...présent.

La nature environnante vivante, foisonnante, agitée par la vie pressée de s'exprimer pleinement avant le retour des frimas, marque avec force ce sentiment de vide et de détente intérieure. On laisse ainsi, l'Observateur en nous prendre toute sa place face à l'observé que nous et Nature formons...

Je médite donc au chant des oiseaux, à la lumière encore tiède du matin, à la lumière encore chaude du soir, au vent venant de l'océan, au vent venant des champs de blé, à l'oisillon que sa mère nourrit dans le nid accroché au chèvrefeuille odorant, à la joie simple d'être, dans l'instant bienheureux qui échappe aux lambeaux gris du passé, à l'illusion imaginaire d'un futur rêvé. Attendre, goûter, accueillir...